Mon éthique

Plusieurs associations font aujourd’hui autorité sur le marché français ou international du coaching : EMCC, ICF, SFC. Mon éthique est en lien étroit avec ce que préconisent et exigent ces trois autorités.

Rôle et devoir de l'accompagnant
  • L’accompagnant définit son rôle comme celui d’une personne capable d’aider ses clients à définir et clarifier ce qu’ils désirent pour accomplir leurs projets professionnels ou de vie, de créer le cadre et d’être garant du processus de travail. Le contenu et l’implication sont en revanche du ressort et de la responsabilité du client.
  • L’accompagnant s’engage en particulier à ne pas orienter intentionnellement ou à formuler des promesses sur ce que son client pourrait obtenir d’un processus de coaching ou du coach, alors que ce type d’accompagnement ne le permet pas. Le coach adapte son intervention dans le respect des étapes de développement de son client.
  • L’accompagnant est un professionnel formé et en formation continue pour:
    • 1) parfaire sa démarche professionnelle,
    • 2) ne pas s’enfermer dans une pratique qui tournerait sur elle-même. L’accompagnant a réalisé un travail personnel de plusieurs années (psychanalyse et/ou psychothérapie), évitant en cela de projeter ses problèmes personnels sur ses clients et pour être capable de comprendre les phénomènes transférentiels innés à l’exercice de sa profession.
    • 3) L’accompagnant s’oblige à une supervision régulière de sa pratique par un tiers formé à cet effet.
Confidentialité
  • L’accompagnant s’engage vis-à-vis du coaché à une confidentialité absolue, concernant aussi bien :
    • ses propos tenus en séance (aucun enregistrement n’est autorisé à cet effet)
    • toute mention vis-à-vis du nom du coaché ou de son entreprise
    • toute information qui pourrait nuire à son client.
  • Dans une relation tripartite en particulier, le coach s’oblige à ne diffuser aucune information sur son coaché, même contre règlement de ses prestations.
  • Afin de se maintenir dans une position d’indépendance pour l’exercice de son métier, le coach peut néanmoins et à tout moment refuser un contrat de coaching, pour des raisons personnelles ou éthiques ou qui le mettraient en porte à faux vis-à-vis de l’exercice de sa profession.
  • L’accompagnant peut également prendre des mesures utiles pour informer les autorités compétentes dans le cas où son client déclarerait en séance avoir une intention de mettre en danger lui-même et/ou des tiers.
Obligations et moyens
  • L’accompagnant met en œuvre tous les moyens qui permettent à son client et dans le cadre de sa demande professionnelle ou personnelle de répondre à ses objectifs.
  • L’accompagnant peut entre autre proposer à son client d’avoir recours si besoin est, à un confrère ou à un autre spécialiste (psychothérapeute, médecin, sophrologue, etc.).
  • L’accompagnant a en revanche toute responsabilité sur ses propos et ses décisions.
Fin de contrats
  • Dans le cadre des coaching individuels en face à face ou sur skype en ligne, l’accompagnement s’inscrit dans une durée et dans un cadre contractuel que l’accompagnant s’engage à présenter dès la première séance à son client.
  • A ce titre le coaché est informé qu’il peut terminer le coaching à tout moment, dans les règles du contrat établi avec son coach dès la première séance.
Conflits et recours
  • L’accompagnant veille à éviter tout conflit entre ses intérêts et ceux de ses clients.
  • En cas de conflits potentiels ou en cours, l’accompagnant expose ouvertement la situation et délibère clairement avec son client pour traiter le conflit de la manière qui serve le mieux les intérêts des deux parties.
ISABELLE CHAM DETOURE


Bonjour, je suis Isabelle


​Vous souhaitez me poser une question pour que je la traite sur ​ma chaîne TV (Youtube) ou que je vous réponde ​en direct par courriel ? (c'est vous qui définissez votre mode de réponse)

​vos coordonnées ne seront ni transmises ni diffusées