l'entrepreneuriat la voie sacrée
l'entrepreneuriat la voie sacrée

ENTREPRENDRE

L’Entrepreneuriat pourrait devenir la “voie sacrée”

 

Vous n’êtes pas sans noter avec une certaine inquiétude que nos espaces de vie, de travail et de création, sont de plus en plus envahis et occupés par le numérique, les robots (cobots, chatbots, sobots…) et l’intelligence artificielle ? Que vaudront nos diplômes et notre intelligence animée « humaine » (IAH) face l’intelligence artificielle (IA) d’ici dix ans ? Pour certains, ils subiront les évolutions du monde. Pour d’autres, ce sera l’occasion de se tourner vers une vie plus agréable. Pour d’autres enfin, animés par l’espoir d’un monde à réinventer, la réponse pourrait venir soit de l’homme augmenté soit de l’entrepreneuriat. Alors qu’est-ce qui pourrait faire pencher la balance en faveur de l’entrepreneuriat avec son cortège de risques et de réussites ?

Rien de nouveau sous le soleil, et pourtant …

A l’occasion de chaque grande mutation de société, les mêmes sujets réapparaissent comme s’ils étaient nouveaux mais sous des formes et des noms empruntés aux technologies et à la philosophie du moment. Depuis la Grèce antique, jusqu’aux travaux de Karl Marx et de Engel, en passant par la Renaissance, avec les utopies de Francis Bacon dans La Nouvelle Atlantide on retrouve sans cesse les mêmes thèmes : libérer les Hommes du travail aliénant, leur assurer en revanche un travail épanouissant et qui leur donne une place digne dans la société, rallonger la durée de vie, vaincre la maladie, voire la mort, construire le bonheur. Ces thèmes sont de nouveau au-devant de la scène alors que débute la III Révolution Industrielle.

Mais qui produit dans de telles sociétés ? Dans la Grèce Antique la réponse était : les esclaves et les femmes. Durant la Renaissance c’est la naissance de tout un artisanat qui va rayonner dans le monde. Lors des première et seconde Révolutions industrielles, ce sont les ouvriers, puis les classes moyennes qui prennent le relais. Avec la III Révolution Industrielle, ce sont désormais les robots, dotés d’une intelligence artificielle, elle-même traitée grâce à un immense réseau numérique. Alors que deviennent l’Homme, le travail, l’ordre social et la création humaine dans tout cela ?

l'entrepreneuriat la voie sacrée

Qui se retrouve au sommet de la chaîne sociale désormais ?

Ces questions sont un peu dures à avaler pour un pays cartésien comme la France qui a toujours placé l’Homme au-dessus de la machine. Pour les japonais qui ont une culture plus animiste, le robot est doté de sa propre vie (à défaut d’une âme, encore que !), ce qui explique en partie les progrès rapides de ce pays dans la robotisation, sans pour autant remettre en question la place de l’Homme au cœur du système. Aujourd’hui les usines japonaises tournent avec les Hommes et les Robots et produisent à l’échelle mondiale. Il en va de même pour l’Allemagnequi s’est mise plus rapidement que la France, son voisin, dans la robotisation de ses chaînes de production automobiles par exemple, alors que l’hexagone continuait d’embaucher des milliers de travailleurs émigrés, assujettis à des cadences inhumaines.

S’il l’on s’en réfère au mémorable chef d’œuvre de Charlie Chaplin,  Les Temps modernes, le travail de l’Homme aux côtés de la machine, était-il (est-il) vraiment si enviable ? Qui dominait qui en vérité à l’ère des chaînes de production industrielles des Révolutions passées ? De la Grèce antique qui pratiquait l’esclavage, aux chaînes de production modernes qui assujettissaient des Hommes à des cadences infernales, où était le progrès ? Dans les droits citoyens et la liberté ? Certainement mais regardons les choses autrement.

Aujourd’hui, les robots, l’IA et le numérique peuvent effectivement et durablement libérer les hommes de tâches pénibles, ingrates et augmenter la qualité des productions sur le long terme. A quoi peut donc servir cet espace de liberté retrouvée ? A se former (surtout au numérique !), à créer, à innover, à poursuivre la recherche sur notre monde, à redéfinir la contribution sociale, à faire bouger les idées, l’esthétique, la morale, les croyances.

C’est à cela que contribuent le plus les mutations. A chaque grande mutation, la convergence de plusieurs nouvelles technologies ou de plusieurs découvertes scientifiques, augmentent la connaissance de l’Homme sur le monde et permet de faire évoluer sa manière de vivre en collectivité. Aujourd’hui l’entrepreneuriat semble être une réponse pour la multitude qui occupe les classes moyennes et qui se retrouve reléguée au rang d’exécutants tandis que les robots acquièrent de plus en plus de droits (mêmeciviques!). Mais demain, l’entrepreneuriat deviendra certainement non plus une réaction aux mutations mais un choix de vie, une « voie sacrée ».

l'entrepreneuriat la voie sacrée

L’entrepreneuriat sera de plus en plus une « direction sacrée » pour beaucoup de contemporains qui chercheront à s’auto dépasser de manière créative.

l'entrepreneuriat la voie sacrée

L’entrepreneuriat : la “voie sacrée”

Le défi que nous vivons aujourd’hui est surtout de ne pas sombrer dans le grand sommeil du dilettantisme à force de tout reléguer aux algorithmes. La pire des situations à l’avenir serait que les robots dotés d’une intelligence cognitive (ce qui est en marche !), pensent à notre place et détectent toutes nos intentions. Alors à nous de nous stimuler car la bataille est loin d’être perdue.

Certes les algorithmes remplacent petit à petit la main d’œuvre peu qualifiée, les tâches pénibles, et maintenant tout ce qui pouvait faire l’intérêt d’un métier de service, de recherches, de diagnostic/soin, de création ou de décisionnel ! Face à cela le choix est soit de croire que les Hommes vont résister si fort qu’ils vont trouver des parades pour éviter d’être envahis par une mécanisation des meilleures fonctions du travail. Soit on baisse les bras. La troisième voie est peut-être de penser l’Homme « augmenté » dans le sens, cherchant à s’auto-dépasser en marge de tout algorithme.

Quelle que soit la machine en question, dotée d’intelligence cognitive ou pas, l’Homme reste encore un système complexe qui peut être animé d’ambitions propres. Et il faut de l’ambition aujourd’hui pour développer des activités réclamant de la créativité, de l’innovation, de la recherche de qualité, des talents pour relier les autres ou les idées, de l’empathie pour apporter plus de bien être ou élargir les frontières de chacun.

Certains peuvent se contenter de vivre une vie hédoniste, agréable, sans grand changement tant qu’ils n’y sont pas contraints. Mais pour d’autres, ce ne sera ni un projet de vie suffisant ni épanouissant. Pour ceux-là, accroître leurs zones de confort à l’infini ou se contenter de victoires faites de plus en plus de platitudes, ne leur suffira pas. Alors dans l’entrepreneuriat du XXIe siècle, ils pourraient trouver en effet une manière de revisiter à la fois le travail, la contribution sociale, la recherche de profondeur dans une vie et l’essor créateur.

l'entrepreneuriat la voie sacrée

VOUS VOULEZ ALLER PLUS LOIN ?

Téléchargez votre bonus offert

10 Talents d’avenir à développer aujourd’hui + 3 clés d’or pour réussir tous vos projets + accès à tous les bonus articles déjà parus sur l’entrepreneuriat

Quel pourrait-être le moteur pour devenir entrepreneur à l’avenir ?

En dehors des structures économiques, réglementaires, juridiques et politiques qui évolueront c’est certain, la question se posera pour la majorité des porteurs de projets autour de l’idée suivante : « qu’est-ce qui va me permettre de passer d’une simple identité à une véritable aspiration ? ». C’est certainement la question centrale de tout créateur quel qu’il soit. Mais on peut parfaitement imaginer que face aux possibilités qu’offre le numérique pour créer son entreprise et la réduction du temps de travail qui gagne tous les pays occidentaux année après année, beaucoup de personnes se poseront la question de devenir plus que ce qu’elles sont déjà.

En d’autres termes, l’entrepreneuriat pourrait devenir un modèle d’ambition propre et collectif qui permettra de canaliser des rêves, de l’émotion, de l’intelligence, des idées autour de projets de plus en plus créatifs, irrigant tous les besoins de société à venir et permettant de donner du boulot aux robots, des calculs à réaliser aux algorithmes et des valeurs pertinentes à communiquer aux réseaux. En tout cas rien ne permet de repousser totalement cette idée.

Pratiquons l’utopie au lieu de la dystopie, car nous allons vers une société où, libérés de tâches pénibles, certains humains auront à se former rapidement mais beaucoup auront aussi à pratiquer l’autodépassement créateur. La présence des robots leur permettra de réinvestir du temps et leur imagination pour aller au-delà d’une vie basée sur le dilettantisme ou le consumérisme aveugle. Pour beaucoup, innover, créer, proposer de nouvelles formes de services, de produits, etc. pourraient devenir une « direction sacrée », une conviction et une raison de vivre.

Singature black

Ajoutez votre voix à cet article

Ci-dessous vous pouvez poster un commentaire.

Si vous avez déjà créer votre entreprise, quelles sont par exemple les évolutions que vous entrevoyez pour l’entrepreneuriat à l’avenir, sous l’effet des évolutions apportées par le numérique, l’IA, la robotique, etc. ?

Si vous êtes candidat à l’entrepreneuriat, qu’est-ce qui vous effraie ou vous attire dans l’entrepreneuriat à l’avenir ?

En partageant nos expériences, nous pouvons nous aider et nous soutenir.

Donnez votre avis en toute simplicité, en rédigeant votre commentaire de manière lisible pour chacun et en restant bienveillant pour tous les autres commentaires.

Merci de tout cœur de vos interventions ! Le Monde de demain se construit à plusieurs…

l'entrepreneuriat la voie sacrée
l'entrepreneuriat la voie sacrée