Écouter l’appel de l’inconnu

Écouter l’appel de l’inconnu

# lejournalduneoptimiste

Recevoir plus d'inspirations

ENTREPRENDRE

Écoutez l’appel de l’inconnu

 

Dans la majorité des cas, entreprendre pour la première fois fait peur parce qu’il faut affronter l’inconnu. Mais c’est un vrai faux problème, parce que l’on s’aperçoit qu’il faut vivre en permanence avec ce sentiment, chaque fois qu’il s’agit de reprendre des risques. Dépasser la peur de peur de l’inconnu demande avant tout d’entendre l’appel de l’aventure et c’est une part essentielle du travail de l’entrepreneur. Comment dès lors, dépasser cette peur et arrêter de subir une situation alors que l’on désire ardemment s’accomplir autrement ?

Auteure

Isabelle CHAM
Entrepreneure, Coach, Auteure
Fondatrice de l’Académie
Mon Odyssée©
@monodyssee
Business Mentoring

Dans cet épisode je vous dis comment :

# franchir un seuil

# entendre l’appel

# trouver des relais pour ne pas résister

# réorganiser votre propre conscience

Notre intelligence ordinaire ne fait pas le poids par rapport à l’inconnu. Elle ne fait que créer des versions différentes de ce qu’elle connait déjà !

Franchir un seuil

Il y a aussi des conseils, des paroles, des mots qui vous aident à franchir un seuil mais pour franchir ce seuil, il faut d’abord arrêter d’écouter le bruit que fait votre mental. Il faut écouter l’appel, uniquement l’appel qui se manifeste en soi…

Cependant l’appel est rarement clair du premier coup : il passe très souvent par la souffrance ou par des symptômes plutôt que par des images claires et concrètes. Il peut aussi se manifester par des regrets ou par des refrains en boucle : « je n’y arriverai pas, je ne suis pas à la hauteur, etc. ».

Plus la souffrance, les symptômes ou les refrains augmentent d’intensité, plus on développe des résistances et des attitudes d’évitement. Parce que notre conscience aime avant tout reproduire ce qu’elle connaît : surtout pas ce qui est nouveau pour elle.

Il y a des choses étranges qui traversent pourtant notre vie et qui nous indique la voie mieux que n’importe quel raisonnement.

ALLEZ PLUS LOIN !

L'Envie

Téléchargez votre bonus offert

Continuez de progresser en téléchargeant votre coaching audio de 50 minutes

Développer une nouvelle conscience de soi

Un appel ou une vision font entrer le futur dans le présent. Ils perturbent le présent au point qu’il devient impossible de faire les choses comme vous aviez l’habitude de les faire. Alors votre conscience entre en scène pour vous apporter protection et logique. La solution est alors de faire la part des choses entre résistance et patience nécessaire pour construire son projet sur des bases pérennes

Si entendre l’appel de la vie est utile pour se prémunir des résistances intérieures et extérieures, il faut néanmoins chercher des guides en soi et autour de soi. L’entrepreneuriat n’est pas un « ego-trip » mais il faut néanmoins s’appuyer sur ses propres ressources pour pouvoir évoluer dans un nouveau champ de conscience.

Chercher des solutions dans son environnement proche, ce n’est pas toujours facile. On bouscule l’ordre établi de son environnement et de ses proches et il est fréquent de récolter en retour des comportements de résistances ou de victimisation.

Mieux vaut s’appuyer sur des pairs, un mentor, des lectures appropriées … ou encore, en s’appuyant sur des personnes qui représentent un idéal pour soi. Parfois cela peut être aussi être des personnes disparues qui ont joué un jour un rôle important dans votre vie ou votre lignée familiale.

Il s’agit de chercher et de trouver ses propres figures de référence qui vont venir combler le vide de notre esprit et compenser la peur de l’inconnu. Devenir entrepreneur ou se lancer dans de nouveaux projets entrepreneuriaux, c’est toujours, en tout premier lieu, créer une nouvelle conscience de soi et développer d’autres formes d’intelligences.

 

Isabelle Cham signature

L'envie

A RETENIR

# Pour entreprendre on doit en tout premier lieu entendre l’appel, sinon tous les mécanismes de résistance naturels auront raison de notre volonté d’aller au-delà de l’inconnu.

# La peur de l’inconnu n’est que la manifestation que certains équilibres doivent changer parce que l’on est arrivé aux limites d’un mode de vie ou de fonctionnement. Résister est aussi naturel que contreproductif.

# Pour trouver les moyens de contourner ce phénomène il faut s’appuyer sur des guides, des mentors, des mythes, des figures de référence…

# L’appel est aussi mystérieux dans sa manifestation que dans ses messages. Il faut accueillir et admettre l’étrange, l’incongru, l’absurde, le fugace…

# L’expérience que nous devons faire, aussi troublante soit-elle, c’est de comprendre que notre  intelligence ne nous aide pas à trouver une nouvelle direction. C’est en prenant une nouvelle direction que l’on éduque notre intelligence.

Ajoutez votre voix à cet article

Ci-dessous, vous pouvez poster un commentaire

Nous serions tous ravis de partager vos expériences utiles.

Donnez votre avis en toute simplicité, en rédigeant votre commentaire de manière lisible pour chacun et en restant bienveillant pour tous les autres commentaires. Merci de tout cœur de vos interventions!

Le Monde de demain se construit à plusieurs

Merci de tout cœur de vos interventions !

Ne rêvez plus du grand changement

Ne rêvez plus du grand changement

# lejournalduneoptimiste

 

 

 

Recevoir plus d'inspirations

ENTREPRENDRE

Ne rêvez plus du grand changement : négociez-le

avec vous-même !

 

Beaucoup de personnes cherchent à entreprendre aujourd’hui avec l’idée de prendre un nouveau départ pour accomplir quelque chose dans le monde d’aujourd’hui. La période s’y prête autant que le discours ambiant et l’envie de s’accomplir au travers d’une activité plus contributive à ses yeux, est évidemment très séduisante. Mais au-delà du changement de vie que représente l’entrepreneuriat, il faut réellement, honnêtement, principalement se demander pourquoi (et POUR quoi ?) l’on est prêt à s’engager dans cette voie. C’est une étape qui va ensuite déterminer la réussite de la transition qui s’annonce, entre l’image que l’on a de soi avant d’entreprendre et après…

Auteure

Isabelle CHAM
Entrepreneure, Coach, Auteure
Fondatrice de l’Académie
Mon Odyssée©
@monodyssee
Business Mentoring

Écouter sa voie…

Même si vous n’osez pas en parler autour de vous ou si on vous prend pour un extraterrestre, ne cessez pas de chercher votre voie et de rêver votre chemin.  Entreprendre demande d’être un rêveur éveillé, qui réussira d’autant mieux à matérialiser son projet, qu’il l’aura imaginé au-delà de ce qui paraît impossible aux autres.

Mais préparez-vous aussi à faire votre transition, parce que le premier ennemi que vous allez rencontrer, ce ne sont pas les autres ou l’adversité, c’est vous-même. Vous-même qui allez très probablement commencer par vous dire « que vous avez très peut de pouvoir dans ce monde complexe », «  que vous n’êtes pas aussi inspirant que vous le pensez », « que ce que vous voulez faire l’autre l’ont déjà fait », etc.

Si vous voulez entreprendre, commencez en tout premier lieu par écouter les changements qui se sont lentement mais surement opérés en vous depuis un moment et surtout ceux que vous désirez faire dans votre vie à l’avenir.

Quel changement voulez-vous faire pour vous-même, dans votre façon de travailler et de vivre ? En particulier, réfléchissez en quoi vous voulez utiliser votre liberté et vos compétences pour changer quelque chose en vous et autour de vous ? Quelles ambitions avez-vous ?

# Première étape

Mettez fin à une perception erronée de vous ou de l’entrepreneuriat.

Si vous voulez entreprendre, ne vous accrochez pas à toutes les croyances sur l’entrepreneuriat car le chemin on le fait seul et on le découvre seul. Préparez votre transition : ne vous jetez pas à l’eau sans trouver les moyens de gérer votre transition. Votre transition n’est pas le changement.

Le changement c’est ce qui se produit lorsque vous prenez votre décision de vous lancer dans l’entrepreneuriat ou dans n’importe quel nouveau projet. Mais la transition c’est le processus qui va vous amener de A à B, c’est-à-dire de la vie que vous avez actuellement et que vous ne voulez plus sous cette forme, jusqu’à la vie que vous désirez et que vous devez mettre en œuvre, créer et actualiser avant toute chose. Et cette étape ne se fait pas d’un claquement de doigts.

Si vous êtes déjà entrepreneur par contre, les croyances sur lesquelles vous devez évoluer concernent généralement l’image que vous pensez avoir de vous-même vis-à-vis de votre écosystème actuel. Vous avez peut-être réussi dans un certain domaine, qui vous a permis de vous définir en tant qu’entrepreneur mais aujourd’hui pour développer un projet relais ou un projet qui ait plus de sens avec la personne que vous êtes devenue, vous devez sortir de votre zone de confort et reprendre des risques. Et cela demande en tout premier lieu de se distancer de l’image que vous avez de vous-même sur votre écosystème.

S’organiser pour vivre son rêve, c’est éviter de se décevoir lorsqu’on s’aperçoit un jour, que quelqu’un d’autre l’a fait à votre place …

# Deuxième étape

Acceptez l’idée de commencer par la fin et pas par une renaissance. Lorsqu’on se lance dans l’entrepreneuriat ou un nouveau projet entrepreneurial, l’on a très souvent le sentiment d’un nouveau départ, qui très vite va rencontrer des déconvenues. La première déconvenue c’est lorsqu’on se rend compte que l’on est comme un canard boiteux au milieu d’un univers dont on ne connait ni les lois internes ni les réactions véritables. La deuxième déconvenue arrive rapidement derrière lorsqu’on s’aperçoit que l’on ne sait plus qui l’on est véritablement au bout de quelque temps, parce que c’est le travail de transition qui opère, lentement en nous-même.

Pour réaliser cette transition intérieure, il faut se donner du temps avant de trouver sa véritable posture entrepreneuriale. Et ce temps il faut l’utiliser à bon escient : ne rien précipiter au départ, se préparer lentement, faire des expériences pour trouver le temps de progresser et de se trouver.  Il faut prendre le temps d’abandonner une partie de soi, pour devenir qui l’on souhaite devenir. Il faut se distancer d’une idée de nous-même, d’un certain confort avec lequel on vit, de nos certitudes sur la vie en général.

Parce que toutes ces croyances ne sont qu’une perception de nous et de la vie, basée sur ce que l’on a mis en place avant. Pour devenir l’entrepreneur qui sommeille en nous, il faut changer de perceptions afin de pouvoir s’ouvrir aux réelles possibilités que nous offre la liberté et la mise en échos de nos potentiels professionnels. Le risque à ne pas accepter cette étape, serait de ne pas passer le cap de la première année d’entreprise : 1 entreprise sur 2 ne dépasse pas la première année de création ; ou de se réveiller un matin après 5 ans ou 10 ans d’entrepreneuriat en n’ayant plus la force de continuer.

Parlez-moi de vous

Il n’y a que cela qui m’intéresse !

L’Académie Mon Odyssée Entreprendre est un ensemble de tutoriels accessibles en ligne, à votre rythme et à vie, pour vous aider à créer une entreprise individuelle et commencer à vivre de prestations de services, de coaching, de formation ou d’information en ligne, en complément de vos activités actuelles.

Mon Odyssée est l’aboutissement de mes vingt ans d’entrepreneuriat et de coaching de transition. Mon Odyssée est surtout le commencement de votre projet et de votre transition vers une vie professionnelle et personnelle que vous désirez rééquilibrer ou développer à votre image.

Pour m’aider à affiner les programmes j’écoute en permanence mes visiteurs, mes clients, mes partenaires, sur leurs besoins et leurs questionnements en cours (8 questions à choix multiples et réponses anonymes)

 

Comment réussir le « grand changement » ?

Avoir un tête-à-tête avec soi-même

Ce tête à tête doit durer au moins six mois avant de se lancer véritablement dans l’entrepreneuriat ou un nouveau projet. La transition intérieure est toujours quelque chose de lent, parce qu’il faut ralentir son propre rythme au départ pour accéder à tous nos sens, ceux-là même qui permettent de ressentir nos désirs et nos aspirations. En apaisant le rythme, on apaise les sens et les sens mettent en contact avec ce qui compte pour chacun.

Quand commencer ? Quand on se sent ronger par le quotidien, qu’on ne supporte plus de voir les mêmes têtes ou que l’on a envie de tout laisser tomber. La seule recette est alors de rechercher une forme de solitude pour pouvoir faire son chemin intérieur. Une heure par jour ou plusieurs fois par semaine suffisent.

 

Écrire le nouveau chapitre de sa vie

Ouvrez un carnet et écrivez à quoi ressemblera votre vie, telle que vous l’imaginez sans les contraintes actuelles et en réalisant vos rêves. Ne cherchez pas à rationaliser : l’exercice ne fonctionne que si vous vous connectez à vos envies et à votre cœur. Rationaliser vient plus tard dans le processus de transition. Demandez-vous en particulier ce que vous avez envie d’exprimer et d’expérimenter à l’avenir.

 

Rester prudent

Durant toute cette période de tête à tête, ce n’est pas le moment de prendre des décisions impulsives ou même d’aller se répandre sur ses doutes et ses hésitations auprès de votre entourage. Il faut laissez du temps au temps, acceptez de cheminer seul dans son cœur et dans son esprit. Pour inspirer le changement, pour inspirer les autres, pour féconder le monde : c’est dans la liberté et la compassion que l’on trouve la solution. Un entrepreneur est d’abord quelqu’un qui apporte de la valeur à ses clients et l’on n’apporte pas de la valeur en innovant pour innover. On apporte de la valeur à ses clients parce que l’on répond à un besoin qu’ils ne savent pas régler ou qu’ils ne savent pas exprimer.

L'envie

A RETENIR

Au cœur des mutations actuelles, utilisez votre liberté et vos compétences pour créer cette valeur : vous en créerez pour le monde qui vous entoure et vous aurez le sentiment réel de vous accomplir à travers votre projet entrepreneurial. Mais pour y parvenir, pour réaliser le grand changement que vous désirez, acceptez de faire un certain chemin au cœur de vous-même. Car c’est au cœur de vous-même que vous trouverez votre véritable puissance et celle-là ne résistera pas longtemps à l’envie d’agir avec la bonne tactique.

ALLEZ PLUS LOIN !

L'Envie

Téléchargez votre bonus offert

Continuez de progresser en téléchargeant votre coaching audio de 50 minutes

Ajoutez votre voix à cet article

Ci-dessous, vous pouvez poster un commentaire

Nous serions tous ravis de partager vos expériences utiles.

Donnez votre avis en toute simplicité, en rédigeant votre commentaire de manière lisible pour chacun et en restant bienveillant pour tous les autres commentaires. Merci de tout cœur de vos interventions!

Le Monde de demain se construit à plusieurs

Merci de tout cœur de vos interventions !

Démystifiez la technologie pour entreprendre

Démystifiez la technologie pour entreprendre

MENTORING

Démystifiez la technologie

Vous maîtrisez parfaitement des domaines comme :

  • Le conseil
  • La relation clients
  • Faire des formations
  • Coacher one to one ou des équipes
  • Faire des conférences ou parler en public…

Mais la technologie vous échappe ! Avec vous, cela ne marche jamais … Pire, les problèmes arrivent dès que vous essayez de vous y mettre.

Alors je vous propose dans cet épisode de démystifier ensemble la technologie et de comprendre sur quoi vous devez d’abord vous investir. Mais à vous de vous lancer un défi : personne ne peut le faire à votre place.

Auteure

Isabelle CHAM
Entrepreneure, Coach, Auteure
Fondatrice de l’Académie
Mon Odyssée©
@monodyssee
Business Mentoring

\01 Reconnaissez vos véritables peurs

Ce n’est pas véritablement la technologie qui vous effraie c’est de ne pas savoir l’utiliser et de vous sentir ridicule […]

\02 Ne surinvestissez pas la technologie

Elle est au service de vos approches clients : la technologie n’est pas une fin en soi […]

\03 Dépassez la langue (souvent l’anglais)

Les meilleures applications du marché ont aussi aujourd’hui des tonnes de tutoriels en français pour apprendre à les utiliser (gratuitement la plupart du temps). Aucun besoin d’acheter des formations pour cela ni de parler l’anglais couramment.  […]

\04 Vous n’avez pas besoin de tout : simplifiez-vous la vie

Pour démarrer une activité entrepreneuriale sans en maîtrisant votre budget c’est possible aujourd’hui. Réalisez vous-même votre site web et son contenu, le référencement, les pages d’engagement clients et  les mailings. Vous aurez une véritable autonomie et vous pourrez vous resservir de vos connaissances pour lancer n’importe quel produit à l’avenir […]

que faire si vous ne vendez pas
que faire si vous ne vendez pas

Écouter cet épisode

Démystifiez la technologie

by Isabelle Cham | Ressources mentoring

Ma TECH’Liste

Organisation/gestion/administratif
Trello ou Evernote
Dropbox (pour stocker vos données importantes)

Recherches de marché et de quoi les gens discutent
Amazon
Trends Google
Buzzsumo

Création de noms de domaine et hébergement sites web
1AND1 (pour trouver un nom de domaine, le déposer, avoir un hébergement et créer un site web, y compris un site sur wordpress)

Sinon cumulez :
Flywheel wordpress (hébergement site web)
NameCheap (dépôt de nom de domaine)
Namechecker (pour voir si un nom de domaine est disponible)
WordPress (pour créer votre site)

Thèmes graphiques pour votre site web
ElegantThemes (qui vous propose entre autre DIVI)
ThriveThemes

N’oubliez pas de faire une déclaration simplifiée à la CNIL !
Faire la déclaration en ligne (sélectionner la déclaration simplifiée NS-048)
Plus d’explication sur les droits liées aux données personnelles

Faire votre référencement automatiquement
Yoast SEO Plugin

Créer une liste automatique d’abonnés  (Auto-répondeurs)
(pour s’abonner après avoir laissé un commentaire sur un de vos posts)
Mailchimp
ou
AWeber Web Form

Montage vidéos
Camtasia
Screencast O Matic

Création d’images, de designs ou de citations
Canva

Créer des enquêtes et des sondages en ligne
Survey monkey
Typeform

Pages de captures prospects (Landing Pages)
Thrive Themes

que faire si vous ne vendez pas
que faire si vous ne vendez pas

Ajoutez votre voix à cet article

Ci-dessous, vous pouvez poster un commentaire.

Que vous inspire ces ressources ?

Nous serions tous ravis de partager vos expériences utiles.

Donnez votre avis en toute simplicité, en rédigeant votre commentaire de manière lisible pour chacun et en restant bienveillant pour tous les autres commentaires.

Merci de tout cœur de vos interventions ! Le Monde de demain se construit à plusieurs

Merci de tout cœur de vos interventions ! Le Monde de demain se construit à plusieurs

L’Envie est un indicateur pas votre moteur

L’Envie est un indicateur pas votre moteur

# lejournalduneoptimiste

Recevoir plus d'inspirations

ENTREPRENDRE

L’Envie est un indicateur pas votre moteur

L’envie est un thème que l’on évite soigneusement dans nos sociétés, a fortiori lorsqu’on parle d’entrepreneuriat. L’envie  contrairement à la jalousie avec laquelle on la confond souvent, est jugée honteuse. Elle prend du coup des formes variées, de l’idéalisation au dénigrement, en passant par le retrait compétitif ou des formes de réactions défensives. Dans tous les cas elle est destructive sur le long terme, car elle prive le créateur d’entreprise d’adaptabilité. L’entrepreneur doit apprendre à regarder la concurrence pour ce qu’elle est, sans s’illusionner sur ses propres capacités. La concurrence ou toute personne ayant réussi, qu’il peut admirer, lui fournit la possibilité d’aller au-delà de ses propres limites, tandis qu’en se complaisant dans l’envie de la réussite des autres, il se prive d’émulation saine. L’envie et tous nos sentiments d’incapacité ont aussi le pouvoir de nous révéler des informations importantes sur nous-mêmes et de nous aider à développer la passion de l’excellence. 

L’envie est normale…

L’envie est un sentiment plus que fréquent au début d’une activité entrepreneuriale, alors que l’on se sent encore fragile, vulnérable, peu sur de soi, et que l’on se projette sur ceux qui nous servent de modèles de réussite. Mais elle n’est pas jugée comme quelque chose d’avouable, a fortiori lorsqu’on continue de la ressentir tout au long de ses combats entrepreneuriaux, où mille occasions nous sont offertes sans cesse pour nous comparer et nous rendre compte que d’autres font toujours mieux, ailleurs ….

Cette envie ne va pas se déchaîner en combats nécessairement agressifs mais elle va se traduire de façon destructive sur le moyen et long terme, où l’entrepreneur va développer tantôt une idéalisation de son objet d’admiration (« oh lui ou elle est tellement au-dessus, que je ne peux que l’admirer, sans espérer jamais faire mieux ») ou un retrait compétitif – « la peur du succès » – (on refuse d’entrer dans le jeux compétitif pour éviter l’envie – on reproduit, on copie, on plagie, bref on ne produit rien de différent) ou encore l’hyper rationalisation  (on passe plus de temps à faire des études de marché et des tableaux de bord qu’à étudier la véritable réussite de ceux que l’on envie, pour s’en distancer et offrir autre chose).  Toutes ces manières de canaliser notre envie conduisent en fait directement à la déception de soi et à l’amertume, si ce n’est dans certains cas à la rancune (« oui c’est toujours les mêmes qui réussissent » ; « Moi je n’ai pas au moins d’ambitions mal placées » ; « Je suis au-dessus de ce jeux de compétition stérile », etc.).

L'envie

Auteure

Isabelle CHAM
Entrepreneure, Coach, Auteure
Fondatrice de l’Académie
Mon Odyssée©
@monodyssee
Business Mentoring

Transformer l’envie en moteur

Dans cet épisode je vous montre pourquoi c’est un sentiment normal que ressentent 99,9999% des porteurs de projets, soumis à une concurrence de plus en plus vive et présente sur internet.

Je vous montre aussi comment accueillir les sentiments d’envie, d’incapacité, de syndrome de l’imposteur, et autres freins à votre réussite.

Je vous montre enfin (surtout à travers le bonus que vous pouvez télécharger juste en dessous sur cette page) quelles informations utiles vous envoient ces sentiments et comment les traiter pour faire face à la réalité au lieu d’aller à l’encontre du but que vous recherchez.

Car tous les sentiments d’envie ou d’incapacité ne sont au départ que des moyens de prendre conscience de vos véritables questionnements et des progrès que vous avez à réaliser. L’essentiel de votre travail pour devenir entrepreneur n’est pourtant pas là ! Alors il vous faut contourner ces sentiments, coûte que coûte, parce qu’ils réclament de votre part un peu de recul et suffisamment de réalisme pour ne pas vous fantasmer outre mesure.

L'envie

L’Envie ne prend jamais de vacances alors apprenez à utiliser son énergie au lieu de la subir

Qu’en tirerez-vous ?

Vous en tirerez tout d’abord plus de liberté mais aussi plus de créativité. En cessant de vous mettre sous pression pour résister aux évidences du marché, vous économiserez de l’anxiété et des tensions. Cela vous permettra de réinvestir votre énergie à des fins utiles, à commencer par canaliser votre envie ou votre syndrome d’imposture, dans des voies constructives. Et cela vous conduira à favoriser la créativité et l’adaptabilité, en orientant vos actions vers la recherche d’excellence et parfois vers la réparation d’une image par trop fantasmée de vous-même.

Cela vous permettra aussi de renforcer vos capacités émotionnelles dans la mesure où en évitant de vous enfermer dans un équilibre illusoire, un monde de mirages, que vous créez de vous-même en plus, vous serez au contraire plus objectif sur vous-même, plus dans l’échange et la responsabilité.

En conclusion, votre capacité à affronter la réalité et à développer vos capacités d’empathie, est le meilleur garant pour ne pas subir les effets ravageurs de l’envie ou de vos sentiments d’incapacité.

 

Isabelle Cham signature

L'Envie

ALLEZ PLUS LOIN !

L'Envie

Téléchargez votre bonus offert

Pour ne plus être victime de vos sentiments d’envie, d’imposture, d’incapacité … qui inhibent vos capacités de réussite. Comprenez la profondeur des messages que vous recevez à travers ces sentiments désagréables, pour les transformer en potentiels créatifs et hautement compétitifs.

L'envie

A RETENIR

L’aptitude à affronter la réalité (donc souvent, en vous mettant dans l’action !), ainsi que votre capacité d’empathie sont les meilleurs moyens de dépasser vos sentiments d’incapacités, d’envie, de jalousie … Cela va surtout vous aider à éliminer vos illusions, à réinvestir votre énergie dans l’action et à découvrir la compétition comme quelque chose de ludique et de sain lorsqu’il s’agit de développer l’excellence et le dépassement de soi permanent.

Comment renforcer la passion de l’excellence ?

C’est l’objet du bonus que je vous propose. Vous y trouverez une aide pour accueillir vos sentiments d’incapacité comme l’envie, le syndrome d’imposteur, … et les moyens de dominer ces sentiments, normaux mais très désagréables et peu constructifs.

Développez aussi chaque jour, sans exception, votre maturité affective. Comment ?

  1. L’objectivité sur soi
  2. La compassion
  3. L’ouverture sur les autres
  4. La gratitude
  5. La responsabilité
  6. L’investissement personnel
  7. La générativité (c’est-à-dire le plaisir que l’on prend à aider la génération suivante à se réaliser pleinement !)

Ajoutez votre voix à cet article

Ci-dessous, vous pouvez poster un commentaire

Nous serions tous ravis de partager vos expériences utiles.

Donnez votre avis en toute simplicité, en rédigeant votre commentaire de manière lisible pour chacun et en restant bienveillant pour tous les autres commentaires. Merci de tout cœur de vos interventions!

Le Monde de demain se construit à plusieurs

Merci de tout cœur de vos interventions !

L’ambition et vous

L’ambition et vous

# lejournalduneoptimiste

Recevoir plus d'inspirations

ENTREPRENDRE

L’Ambition autrement vôtre

L’ambition est un terme relégué au rang de tabou, qui désigne généralement une personne ou une équipe aux dents longues, prête à tous les coups pour atteindre ses objectifs et passionnée par une seule chose : sa réussite personnelle. Il est vrai que l’on peut trouver en pagaille de telles ambitions, bien qu’elles s’avèrent aussi inutiles qu’insuffisantes sur le long terme, pour soi comme pour la société. Pourtant, sans ambition, point de grands projets, de grandes réalisations, de progrès réels pour les générations à venir. Alors avec quel type d’ambition peut-on construire de véritables légendes et des odyssées de vie passionnantes ?

 



Auteure

Isabelle CHAM
Entrepreneure, Coach, Auteure
Fondatrice de l’Académie
Mon Odyssée©
@monodyssee
Business Mentoring

Ce dont notre société a besoin c’est d’ambitieux humanistes

Le sujet mérite un livre qui a d’ailleurs été écrit à plusieurs reprises dans l’Histoire, à commencer par la Condition Humaine d’Honoré de Balzac, mais plus récemment encore : L’Ambition : ou l’épopée de soi, de Vincent Cespedes (aux éditions Flammarion). L’auteur y distingue trois types d’ambition : l’ambition noble (débarrassée du diktat de réussite), l’ambition personnelle (soumise au désir de réussite) et l’ambition dépressive, consumérante (soumise au désir inconscient de mettre le succès en échec). C’est dire que l’ambition est une problématique bien plus complexe que le discours populaire ne le laisse penser généralement. Alors dans cet article, poussons un peu plus loin la réflexion pour ne pas passer à côté de l’ambition personnelle dont notre début de siècle a tant besoin.

Laissons de côté l’ambition dépressive, qui voue de toute façon à l’échec tout talent de départ parce que le désir de s’élever et de se transformer, est soumis selon Vincent Cespedes, à une psychologie qui cherche à censurer tout succès et qui mène à l’impuissance. Parlons plutôt de l’ambition humaniste, qui recherche le succès au travers de la créativité, de la liberté, du développement de ses talents et des possibles dont il fait généralement explosé toutes les frontières avec un certain acharnement, quitte à créer de temps en temps des situations chaotiques.

Tout ambitieux cherche à assouvir un désir. Le désir n’est cependant pas le même selon la nature de l’ambition. Pour l’ambitieux personnel, son désir est de compter. Pour l’ambitieux humaniste, son désir est de vivre intensément, pleinement, à fond, jusqu’au bout, en livrant sa vie comme modèle de référence aux autres pour qu’ils dépassent leurs propres freins et leurs peurs.

Tout le monde peut-il être ambitieux ?

Non, le monde serait invivable. Mais sans ambition humaniste, certaines périodes sont plus dangereuses à vivre et plus incertaines que d’autres. Et c’est le cas des périodes de mutation comme celle que nous vivons aujourd’hui. Nous avons besoin d’ambitieux, qui aient envie de se lever, de parcourir le monde avec des yeux neufs, de défendre les libertés acquises grâce à internet et au numérique, d’ouvrir les frontières du savoir et de partager cette formidable société de la connaissance qui se construit année après année grâce à la méta sphère d’informations qui se forme au-dessus de nos têtes.

Il faut des ambitieux qui aient envie de créer et de repousser les possibilités offertes par la convergence des nombreuses découvertes que nous offrent ce début de siècle. Il faut des ambitieux qui aient une vision de l’Homme autrement plus vaste, unissant enfin le masculin et le féminin dans ce qu’ils ont de complémentaire. Il faut des ambitieux qui aient envie de sortir des modèles patriarcaux et pyramidaux, devenus obsolètes. Il faut des ambitieux, plein d’imagination, qui échappent enfin au contrôle des rationalistes cyniques, en donnant naissance à des modèles de vie, de pensée, de société qui remettent l’imagination et le rêve à leur juste place, c’est-à-dire en capacité de créer un vision du monde de demain, du positif et qui mettent de l’optimisme dans les cœurs.

L'ambition

L’ambition ne peut être que joie et partage, sans quoi elle est autocentrée et vouée à s’abîmer dans l’inutile

L’ambition et l’optimisme sont les deux faces de la même pièce

Parler de l’ambition dans Le Journal d’une Optimiste peut sembler inapproprié. Pourtant les deux sujets sont étroitement liés. L’Optimisme est la première qualité d’un entrepreneur : pourquoi ? Parce qu’entreprendre, c’est d’abord avoir une vision long-terme. C’est ensuite, entendre l’appel qui nous pousse à développer cette vision tout en cherchant les moyens d’y parvenir. C’est enfin rester optimiste quel que soit les échecs, les obstacles, les déboires et les difficultés. L’entrepreneur le sait dès le départ : pour créer sa propre mythologie, créer son rêve, réussir là où d’autres échouent avant même d’avoir essayé, il faut mobiliser ses forces internes autant que sa vision optimiste des choses.

Un optimiste ne va pas nécessairement avoir de l’ambition mais un entrepreneur ne peut pas être seulement un optimiste : il doit être optimiste et ambitieux pour voir loin et ne jamais se résigner. L’ambition attise l’optimisme : plus l’ambition se réalise, plus l’optimisme augmente. Cependant l’optimisme n’est jamais acquis pour toujours. Il suffit d’un échec et l’on perd alors quelques points d’optimisme, que l’on soit ambitieux ou pas. Mais le propre d’un entrepreneur, ayant une ambition humaniste de surcroît, sera toujours de regagner de l’optimisme, en reliant un rêve présent à un futur en adéquation, ce qui lui permettra généralement de le réaliser. C’est donc une qualité indispensable, incontournable, qui se muscle chaque jour et qui permet de se relever quelles que soient les épreuves. Mais est-ce suffisant ?

L'ambition

ALLEZ PLUS LOIN !

L'Ambition

Téléchargez votre bonus offert gratuit

Ce bonus est sans engagement et il vous donnera accès à 25 minutes de mentoring sur comment développer votre ambition humaniste et comment renforcer votre métavolonté pour réussir tous vos projets (votre “grit”).

L’ Ambitieux humaniste cherche le principe de joie pour lui et pour les autres

Tout est « bonheur » aujourd’hui, vous avez remarqué ? Aujourd’hui on entreprend ou on a l’ambition « d’être heureux », « de rendre heureux », « de faire le bien autour de soi »… Pardon ! mais ce n’est pas un projet, ni une raison d’entreprendre, ni une ambition. C’est le degré zéro de l’implication personnelle, qui nous vient tout droit de Californie avec son chapelet de techniques comportementalistes et de psychologie positive, attractionnelle, cosmofusionnelle, autant écocentrée qu’égocentrique. Bref, de la soupe néo-consumériste pour hédonistes, enfants gâtés de la modernité, sans fond ni aspérité.

Ce « bonheur » à tout va devient aussi vide de sens que fade à transmettre et à partager. Etre ambitieux c’est incarner au contraire un projet, un modèle, une mythologie au sens référence, que l’on s’est choisi. C’est accepter de sortir de sa zone de confort, d’aller à l’aventure chaque jour pour conquérir son rêve, porter ses convictions et ses idées, développer son charisme et sa ténacité.

Le confort est une bonne chose, tant qu’il ne nous empêche pas de sonder nos profondeurs et de trouver ce désir, si intime, si fort, si personnel, qui nous pousse vers la vie et qui abrite notre véritable mission de vie, nos valeurs, nos rêves, nos mémoires. L’Ambitieux humaniste est capable de se souvenir de ce qu’il a d’unique en lui, relié parfois à plusieurs générations avant lui et après lui. Ses mémoires sont en même temps sa raison de vivre et de rechercher la joie dans ce monde. Car l’ambitieux humaniste veut être heureux, c’est certain mais tout en faisant de sa vie non pas un long fleuve tranquille entre méditation et lois d’attraction… mais en cherchant le bonheur dans un voyage intérieur d’abord, puis dans un voyage extérieur où il rencontrera toujours plus l’intensité de la vie.

 

Isabelle Cham signature

L'ambition
L'ambition

A RETENIR

L’ambition personnelle cherche avant tout à asseoir son pouvoir et à attirer à soi tous les privilèges. L’ambition humaniste cherche à construire « avec les autres ». L’ambitieux personnel veut réussir. L’ambitieux humaniste veut juste écouter sa voie et forge son ambition au fil du chemin. L’ambitieux personnel croit avoir réussi lorsqu’il s’entoure des insignes et codes de reconnaissances de la société. L’ambitieux humaniste n’a jamais le sentiment de réussir, même après des réalisations remarquables. Il veut juste essayer d’aller toujours plus loin, car il pense qu’oser toujours, c’est vivre intensément.

Être ambitieux c’est juste rechercher à être un peu plus que ce que l’on est déjà, en partant des talents innés qui nous sont donnés, d’un désir profond et intime qui nous pousse hors de notre zone de confort et d’une volonté d’être heureux en vivant la vie le plus intensément possible.

L’ambition humaniste va prendre le contrepied de l’ambition personnelle en ce sens :

  • Qu’elle va chercher à augmenter le pouvoir créateur, versus le pouvoir personnel
  • Qu’elle va chercher à augmenter le pouvoir d’expression, versus le pouvoir sur les autres
  • Qu’elle va chercher à incarner et partager des rêve(s) dans le monde, versus réaliser des rêves pour augmenter son sentiment d’appartenance.

La temporalité de l’ambition personnelle est limitée à la vie. Celle de l’ambition humaniste à l’éternité.

Ajoutez votre voix à cet article

Ci-dessous, vous pouvez poster un commentaire.

Avez-vous du mal à définir une ambition ? Pourquoi ?

Avez-vous d’autres idées sur l’ambition ?

Avez-vous des difficultés à vous affirmer et à créer vos rêves ?

Nous serions tous ravis de partager vos expériences utiles.

Donnez votre avis en toute simplicité, en rédigeant votre commentaire de manière lisible pour chacun et en restant bienveillant pour tous les autres commentaires. Merci de tout cœur de vos interventions!

Le Monde de demain se construit à plusieurs

Merci de tout cœur de vos interventions !

Entreprendre comment gérer la solitude

Entreprendre comment gérer la solitude

# lejournalduneoptimiste

Recevoir plus d'inspirations

ENTREPRENDRE

Entouré ou seul, ne renoncez pas face à la solitude

Entreprendre est avant tout un chemin que l’on fait seul. Nous nous sentons un jour la force et la vocation de se lancer mais cela reste un itinéraire intérieur par rapport auquel notre entourage a lui aussi besoin de faire une transition. Cette transition ne s’opère pas au même rythme que celui du porteur de projet, en tout cas rarement. Comment s’organiser lorsqu’on se retrouve seul face à soi même pour ne pas succomber à la tentation de renoncer à notre ambition ou à notre rêve ? Quels sont les facteurs clés de notre projet qui vont déterminer notre capacité à résister à la solitude ?



La solitude est inévitable

Quels que soient les projets de vie qui nécessitent une transition et une implication forte de notre personne, nous avons besoin d’un équilibre et cet équilibre nous le recherchons naturellement auprès de nos proches et de notre entourage. Mais nous sommes une fois sur deux déçus parce que si l’adhésion semble réelle au départ, dès que les premières difficultés se présentent et que la frustration de notre entourage augmente par rapport aux changements qu’il n’a ni prévu ni souhaité, nous nous sentons rapidement seul et parfois totalement marginalisé.

Dans la mesure où notre choix de devenir entrepreneur n’est qu’un appel à suivre une tendance à la mode, notre entourage va avoir un impact positif en nous décourageant rapidement et en nous évitant des illusions. Mais si votre projet est beaucoup plus réfléchi et procède d’un élan vital qui vous pousse à mettre vos potentiels au service d’une véritable idée, alors il ne faut pas y renoncer mais apprendre à supporter une certaine forme de solitude. Faute de quoi c’est votre élan vital que vous sacrifiez et il y a fort à parier que vous vous le reprocheriez autant qu’à votre entourage.

solitude entrepreneuriale

Auteure

Isabelle CHAM
Entrepreneure, Coach, Auteure
Fondatrice de l’Académie
Mon Odyssée©
@monodyssee
Business Mentoring

Une vie à part

Tous les entrepreneurs ne sont pas seuls, isolés, mal aimés ou incompris, loin de là. Mais l’entrepreneur est une personne singulière par rapport à son environnement. Entreprendre est avant tout un besoin de porter une ambition et une vision au delà des sentiers connus. Que ce soit de son environnement personnel ou professionnel, il ressentira toujours une forme de solitude à certains moments ou d’une manière générale. Cette solitude peut être parfaitement assumée, voire même acceptée comme un incontournable de la posture d’entrepreneur.

Plusieurs raisons président à cette solitude. L’entrepreneur n’a pas le même statut que son entourage et il accepte le risque. Sa réussite ne se mesure donc pas en fonction des mêmes critères que son environnement. Ils n’a pas les mêmes soucis que lui. Il n’est pas disponible de la même manière, son emploi du temps pouvant être plus variable. Enfin à force de cheminer dans l’aventure entrepreneuriale, le porteur de projet finit par projeter de lui-même une image très différente de celle de son environnement. Tout cela le conduit vers un chemin original, où il va explorer différentes facettes de sa personnalité tout en développant souvent des multi potentiels. Au bout d’un moment tout l’amène à penser assez différemment de tout ce qui l’entoure et c’est ce qui lui donne une force créative et un goût pour l’innovation.

solitude entrepreneuriale

Pour un entrepreneur l’allié de la solitude est le temps : temps pour soi, temps pour construire son projet, temps pour convaincre son entourage… Faites-vous ce cadeau !

Une solitude qui change

La solitude ressentie par le porteur de projet n’est pas la même selon les cycles qu’il traverse. Au début c’est une solitude reliée à la peur de l’inconnu et derrière la peur de l’inconnu se cache en général une grand méconnaissance de soi-même. L’entrepreneuriat permet justement d’explorer en soi des potentiels inexploités ou sous-exploités jusque là et au fur et à mesure que la confiance gagne, cette solitude s’estompe au bénéfice d’une autre forme.

La solitude qui lui succède est celle d’avoir une posture différente de ses associés, de ses employés, de ses fournisseurs. L’entrepreneur incarne une vision, une direction, une culture et une image de son entreprise. Quoi que l’on puisse en dire, il ne peut instaurer une culture “familiale” telle qu’on la voit dans les start-up que jusqu’à un certain stade. Dès que l’entreprise a besoin de se structurer pour son développement, l’entrepreneur doit prendre une certaine distance avec son écosystème pour rester en capacité de regarder par delà les apparences et les contingences.

Il y a aussi la solitude face aux décisions petites et grandes, face aux risques et aux positionnements à choisir sur un marché souvent très concurrentiel et de toujours plus complexe. L’entrepreneur doit non seulement développer dans le temps présent mais agir pour les temps à venir, sans grandes certitudes sur ses informations ou sur ces choix. L’intuition joue un grand rôle, nous l’avons vu dans un précédent article mais sa solitude peut être une alliée comme son pire ennemi face à ces défis constants. Soit elle lui permet de s’isoler pour sentir les tendances et les courants, et dans ce cas c’est une solitude consentie et enrichissante. Soit elle est subit, auquel cas elle provoque inévitablement du stress et des effets psychiquement toxique sur le long terme.

solitude entrepreneuriale

ALLEZ PLUS LOIN !

intuition

Téléchargez votre bonus offert

Business Mentoring pour ne pas vous sentir plus seul que nécessaire face à votre environnement ou face à vous même.

Profitez de mes pépites et de mon expérience d’entrepreneur

Les pièges qui conduisent à l’isolement

Les plus fréquents sont le manque de préparation et de lucidité sur ce qu’est un entrepreneur. La liberté et l’envie de mener une ambition propre sont très souvent des moteurs dans une vocation d’entrepreneur mais la liberté à son revers : il faut apprendre à être vraiment libre, c’est à dire aussi à anticiper et vivre avec le risque permanent. Un des pièges est de se refermer sur soi et de tourner à vide dans ses réflexions. Cela ne se voit pas toujours immédiatement car une activité qui a rencontré son marché va se développer pendant un certain temps mais vient tôt ou tard le moment de penser à l’avenir de l’entreprise et à son développement. A cette étape, la solitude du fondateur peut révéler toute l’étendue des dégâts qu’elle a déjà opéré en lui, en ce sens qu’il ne sait plus quelle direction prendre et comment réagir face aux défis qui l’attendent.

Mais on retrouve aussi parmi les pièges les plus fréquents qui mènent à la solitude, le fait de rechercher des réponses avant d’avoir oser prendre des risques ou fait des tentatives. L’entrepreneuriat a ceci de particulier qu’aucune route n’est tracée d’avance. Tout dépend de sa capacité à apprendre sans cesse et le meilleur moyen d’apprendre est de se mettre en mouvement et de se former régulièrement. Se former en permanence et se mettre en mouvement sont deux antidotes de la peur et de la solitude de l’entrepreneur. Mais pour accepter de dégager du temps pour se former et d’oser des choses inconnus au risque de connaître des échecs, il faut à tout prix éviter de s’appuyer sur les victoires passées. La solitude est donc constante dans ce sens où l’entrepreneur doit en permanence aller vers l’inconnu, au risque de n’être ni compris ni encouragé dans certains de ses essais/erreurs.

Peut-on se passer de soutien ? Aucun entrepreneur ne peut se passer de soutien sur le long terme. Et aucun entrepreneur ne reste seul éternellement face à ses questionnements. Les réseaux, les formations en ligne, les cercles dédiés, les livres, … sont de plus en plus nombreux pour donner des perspectives et des éclairages aux entrepreneurs du monde entier. Il est juste nécessaire de savoir lorsque l’on cherche à entreprendre qu’il est impossible d’éviter la question pour soi-même mais qu’il faut réagir dès le départ par des méthodes simples et constantes.

Isabelle Cham signature

solitude entrepreneuriale
solitude entrepreneuriale

A RETENIR

Entreprendre est toujours, à un moment donné du parcours, un projet qui réclame de résister à la solitude. L’ entourage comme l’écosystème ne peut aller à la même vitesse que le porteur de projet dans la mesure où il est aussi le porteur de la vision et le réalisateur principal du projet. Renoncer pour ne pas être isolé risque surtout de nous exposer à regretter de ne pas avoir entendu cet élan vital qui s’est un jour manifesté au fond de nous, parce que l’envie d’entreprendre n’arrive jamais par hasard. C’est un processus. Il ne faut pas céder aux effets de mode pour entreprendre. Il faut en tout premier lieu écouter sa voie intérieure qui donne envie d’utiliser sa liberté pour développer ses potentiels à un autre niveau.

 

Comment renforcer son aptitude à résister à une forme de solitude dans son projet entrepreneurial ?

  1. Prenez le temps de réfléchir et de poser votre projet pour qu’il ait suffisamment de sens pour vous et vos clients sur le très long terme
  2. Trouvez-vous un mentor et en premier lieu, développez vos forces intérieures en vous appuyant sur vos talents et vos qualités
  3. Recherchez les plaisirs dans votre vie quotidienne pour renforcer votre estime de vous-même tant que vous ne pouvez pas compter sur votre entourage et recherchez notamment du plaisir dans ce que vous faites au quotidien pour votre projet.

 

>> Plus de détails en téléchargeant votre bonus

Ajoutez votre voix à cet article

Ci-dessous, vous pouvez poster un commentaire.

Quelles sont vos recettes pour résister à la solitude d’entreprendre ?

Quelles difficultés ou quelles solutions avez-vous vis à vis de votre entourage ?

Nous serions tous ravis de partager vos expériences utiles.

Donnez votre avis en toute simplicité, en rédigeant votre commentaire de manière lisible pour chacun et en restant bienveillant pour tous les autres commentaires. Merci de tout cœur de vos interventions!

Le Monde de demain se construit à plusieurs

Merci de tout cœur de vos interventions !